François ARGOD (1759-1799)

Sabre du Général François ARGOD

Né le 15 mai 1759 à Valence. Mort le 27 avril 1799 à Cassano (Italie).
Fils de Jean, tailleur d’habits et de Jeanne Brenier.
Maître d’écriture, novembre 1777 : s’engage comme soldat au régiment d’artillerie de Toul (7ème régiment à pied en 1791).
Dès fin 1777, ou octobre 1778 (ou 3 janvier 1779 ?) : congédié pour défaut de taille. (On ne trouve pas trace de son passage dans les contrôles de Toul-artillerie).
3 mars 1780 (ou 3 janvier 1779 ?): enrôlé de nouveau comme trompette au régiment Royal-Champagne-cavalerie (19ème de cavalerie en 1791).
1er mai 1783 : brigadier.
1er mars 1785 : maréchal des logis.
9 juillet 1786 : adjudant.
27 décembre 1788 ?: baptême d’Antoine François, fils illégitime de lui, maréchal des logis, et de demoiselle Louise Bon.
21 août 1790 : renvoyé du corps à cause de ses principes révolutionnaires et pour avoir pris part à une révolte contre les officiers.
11 décembre 1790 : réintégré par décret de la Constituante.
11 octobre 1791 : élu adjudant-major au 3ème bataillon de volontaires de la Drôme.
21 février 1792 : capitaine de la compagnie de grenadiers.
4 août 1792 : lieutenant-colonel en chef du 5ème bataillon de volontaires des Bouches-du-Rhône.
1792-93 : sert à l’armée d’Italie.
18 octobre 1793 : à Valence “le brave général Argod, en convalescence” (?).
fin 1793 : au siège de Toulon.
17 décembre 1793 : nommé adjudant-général chef de brigade, par les représentants Barras, Fréron, Salicetti et Ricord. … revient à Valence en congé de convalescence. Est reçu à la Société Populaire, fait un discours et entonne une chanson patriotique. Acclamations et cris de « vive la Montagne ».
janvier 1794 : employé à l’armée des Pyrénées-Orientales, comme chef d’état-major du général Victor.
30 avril au 1er mai 1794 : prend part à la bataille du Boulou.
mai 1794 : au siège du fort Saint-Elme.
2 février 1795 : à la prise de Rosas. … Victor le qualifie : « homme de la plus grande probité, bon soldat et bon officier, bienfaisant, généreux et charitable, il réunit à ces vertus des connaissance militaires et les éléments bien manifestes d’un vrai républicain ».
fin 1795 : passe à l’armée d’Italie.
9 avril 1796 : division Sérurier.
6 décembre 1796 : sous Joubert.
14 janvier 1797 : sert à Rivoli.
16 janvier 1797 : se signale à La Favorite (porté à l’ordre du jour par Bonaparte).
12 janvier 1798 : nommé à l’armée d’Angleterre.
24 mai 1798 : désigné pour servir sur le Rhin, il est renvoyé sur sa demande à l’armée d’Italie, et employé à la 8ème division (Victor) de cette armée.
26 mars 1799 : prend une part glorieuse à la victoire de Vérone et le même jour, est nommé provisoirement général de brigade.
27 avril 1799 : tué d’un coup de feu à la bataille de Cassano.
Non marié, son fils naturel est trompette au 10ème chasseurs à cheval.